8h00 à 18h00

Lundi au Vendredi

Abidjan, CI

Angré, Djibi

+225 87 200 202

infos@toutlimo.com

Échelle des prix: De à

Comparer les biens

I- Combien vaut ma maison ? THÈME : EXPERTISE IMMOBILIÈRE

Il existe différentes valeurs immobilières, chacune ayant son utilité en fonction de chaque situation.

  • La valeur vénale :
    la valeur vénale est le prix que l’on peut raisonnablement espérer obtenir lors de la vente d’un bien dans des conditions normales de marché, avec une publicité adéquate et dans un délai raisonnable.
  • La valeur en vente forcée
  • La valeur en vente publique volontaire
  • La valeur de reconstruction (après un incendie, par exemple)
  • etc.

C’est la valeur vénale qui est utilisée principalement pour déterminer le prix de vente d’un bien.
Pour estimer la valeur vénale de votre propriété, il faut prendre en compte plusieurs éléments.

Le terrain :

La valeur du terrain sur lequel est bâtie la propriété; ce terrain étant bâti, la valeur prise en compte sera en général inférieure à la valeur du même terrain non bâti.
Sa superficie, sa configuration, sa qualité, son environnement sont tous des éléments à prendre en compte.

Le bâtiment lui-même :

On va évaluer les superficies bâties et estimer leurs valeurs en fonction de la qualité, de l’état et de l’âge des matériaux mis en œuvre.

Quelle que soit sa valeur vénale théorique, le prix de vente final d’un bien est principalement déterminé par le marché et par la loi de l’offre et de la demande : s’il s’agit d’un type de bien ou d’une situation géographique particulièrement recherchée, le prix de vente sera influencé favorablement par un plus grand nombre d’acquéreurs potentiels.
De même, si l’estimation d’un bien ne correspond pas aux attentes du marché, il sera probablement vendu avec une décôte par rapport à d’autres biens, plus recherchés.
De plus, la valeur perçue par chaque acquéreur potentiel varie très fort : si un bien correspond parfaitement à ses attentes, l’amateur sera plus intéressé par ce bien que par un autre, à la valeur similaire, mais qui présente pour lui plus d’inconvénients.
Et enfin, en raison de circonstances personnelles, un amateur peut conférer une valeur de convenance très différente de la valeur vénale d’un bien.
Il s’agit donc de bien mesurer les attentes des acquéreurs pour déterminer le prix de vente le plus adapté au marché ainsi qu’aux différentes circonstances de vente.

Valeur vénale correcte et prix de vente idéal

L’agent immobilier, en contact chaque jour aussi bien avec les acquéreurs qu’avec les propriétaires-vendeurs est particulièrement bien placé pour estimer la valeur vénale correcte d’un bien et déterminer le prix de vente idéale.


II- Quelle différence y a-t-il entre compromis de vente et offre d’achat ? THÈME : VENTE IMMOBILIÈRE

Le compromis de vente constitue un accord entre les parties sur la vente d’un bien à un prix déterminé; la promesse d’achat ou de vente est par contre, unilatérale : quelqu’un s’engage à acheter ou à vendre. Il est seul à s’engager, il n’y a pas vente aux yeux de la loi; dès que l’autre partie marque son accord sur les termes de l’offre, la vente est formée : cela devient un compromis de vente.

Il faut aussi savoir que ce document ne doit pas nécessairement être signé devant notaire : même signé entre particuliers, il est valablement formé.

Il faut donc être prudent avant de contresigner une offre d’achat ou de vente qu’on vous présente : le compromis de vente ainsi formé vous engage strictement; faites-vous donc conseiller avant d’accepter une offre par écrit.


III. Qui rémunère l’agent immobilier ? THÈME : GESTION LOCATIVE

Idéalement, c’est le vendeur qui doit rémunérer l’agent immobilier; c’est la méthode la plus logique et la plus saine : en effet, c’est le propriétaire qui a mandaté l’agent immobilier pour représenter ses intérêts, c’est donc à lui de le rémunérer.

Dans certaines régions, c’est l’acquéreur qui rémunère l’agent immobilier; cette méthode est cependant moins saine : en effet, l’agent travaille principalement pour le propriétaire; il doit lui trouver le meilleur acquéreur possible aux conditions fixées par lui.

Si c’est l’acquéreur qui rémunère l’agent, il se sentira en droit d’espérer que l’agent immobilier lui négocie les conditions qui lui sont les plus favorables; l’agent pourra être tenté alors de faire diminuer le prix de vente pour favoriser son client acquéreur


IV- Quand le congé prend-il effet ? THÈME : GESTION LOCATIVE

Le congé produit ses effets à partir de la date à laquelle son destinataire en a pris connaissance ou aurait pu raisonnablement en prendre connaissance.

La question subsidiaire est de savoir à quel type de bail s’applique le congé.

Pour un bail d’habitation, le congé doit être donné  trois mois avant le terme du contrat,

Pour un bail à usage professionnel, le congé doit être donné six mois avant le terme du contrat.


V. Quelles sont les charges payées par le locataire ? GESTION LOCATIVE

Les charges à payer par le locataire concernent l’ensemble des travaux courants relatifs à l’entretien et menues réparations du logement. Il peut s’agir :
– des parties extérieures dont le locataire à l’usage exclusif (jardin, auvent…)
– des portes et fenêtres
– des parties intérieures au logement (plafond, murs, sol, placards, menuiserie…)
– de la plomberie
– des installations électriques
– des équipements mentionnés au contrat de location (réfrigérateur, hotte aspirante, capteurs solaires, antennes TV, ramonage…)


VI. Quelles sont les démarches à effectuer lors de son entrée dans les lieux ? THEME : GESTION LOCATIVE

A compter de votre entrée dans le logement, il vous appartient de :
– Assurer le logement (multirisques habitation)
– Procéder à l’ouverture des compteurs à votre nom (CIE, SODECI)